Publié le
19 Décembre 2012

Auto-entrepreneurs: 93% sont opposés à la suppression de leur régime

Alors que le régime des auto-entrepreneurs est actuellement suspendu à l'audit lancé par le gouvernement, un sondage montre l'attachement de ces créateurs à leur régime.

Evoluera, évoluera pas… : les auto-entrepreneurs attendent avec impatience et souvent aussi avec anxiété les conclusions de l’audit sur leur régime, lancé par le gouvernement et qui devrait être rendu public début 2013.
En attendant les résultats, une étude* réalisée par Opinion Way pour l’UAE et la Fondation Le Roch-Les Mousquetaires,  fait le point sur leur situation. Ainsi, 53 % d’entre eux déclarent que les revenus qu’ils tirent de leur activité leur est indispensable. Dans le détail, 19 % déclarent que ces revenus générés par leur activité d’auto-entrepreneurs représentent  plus de la moitié de leurs revenus.

Les créateurs auto-entrepreneurs moins nombreux en novembre

Selon les derniers chiffres publiés par l’Insee, au moins de novembre, la création d’entreprise enregistre une baisse de 12,1 %. Cette baisse serait en grande partie due à une chute des créations sous forme d’auto-entreprise. En effet, hors auto-entrepreneurs, la baisse est limitée à 0,3 %. En données brutes, 44.771 entreprises ont été créées en novembre, dont 24.852 sous le régime de l'auto-entreprise, contre 50.944 en octobre (dont 30.958 auto-entreprises).


9 sur 10 affirment que le régime leur convient en l’état et 93% se déclarent formellement opposés à sa suppression. 62% considèrent qu’il ne faut pas limiter l’accès au régime uniquement à certaines catégories, 75% sont contre la limitation dans la durée et enfin 71% n’adhèrent pas à l’alignement du régime fiscal sur les autres entreprises. Un rejet massif donc des pistes d’évolution qui pourraient être lancées par le gouvernement.
Et si le régime n’avait pas existé ? 56% des auto-entrepreneurs affirment qu’ils auraient renoncé à leur projet, parmi lesquels 59% de demandeurs d’emploi. Un vrai plébiscite pour ce dispositif, selon l’UAE : « Avec plus de 1200 nouveaux inscrits par jour, 800 000 actifs et à l’origine de presque 2/3 des créations d’entreprises de l’année 2012, les Français plébiscitent le régime et ne veulent pas qu’on en change les fondamentaux. ‘…)Ils attendent du gouvernement qu’il entende leurs besoins et leur droit à être des entrepreneurs tout simplement reconnus ».
Une des critiques souvent émises envers le régime d’auto-entrepreneurs est que ceux qui se lancent ne sont pas de « vrais » créateurs d’entreprise. Selon le sondage, effectivement, seuls 39% des auto-entrepreneurs envisagent d’évoluer vers un statut classique. Mais attention, car ces chiffres cachent une réalité plus disparate : ainsi,
pour les 61% dont ce n’est pas l’intention, 86% d’entre eux sont retraités !


Le profil-type de l’auto-entrepreneur

Qui sont les auto-entrepreneurs ? Agées en moyenne de 48 ans, 39% des personnes interrogées ont un niveau de qualification cadre, 26% d’employé et 11% d’ouvrier. 36 % des auto-entreprises concernent le secteur du service aux entreprises, 25 % les services aux particuliers et 21 % le commerce.

 

Source:  entrepreneur.lesechos